Ecologie, IOT et smart city: retour sur les grandes tendances technologiques du CES 2020 à Las Vegas

27 février 2020

 

Lancé pour la première fois en 1967, le CES ou Consumer Electronics Show est devenu le salon incontournable consacré à l’innovation technologique et à l’univers du numérique. Il s’est déroulé cette année du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas et a réuni pas moins de 4400 exposants et 170 000 participants. Nos experts de Devoteam étaient présents pour la grand-messe des passionnés de tech et nous ont fait un petit tour de piste des grandes tendances technologiques mises à l’honneur lors du salon. 

CES et écologie: deux univers incompatibles ?

Avec ses néons et ses lumières visibles à des kilomètres, ses hôtels climatisés aux proportions démesurées et ses golfs verdoyants en plein milieu du désert, Las Vegas est probablement l’endroit le moins écologique du monde. Alors quand y sont accueillis les plus grandes marques high tech lors du CES, l’écologie ne semblait pas être au cœur des préoccupations. Entre les écrans 8K, mobiles 5G et les dispositifs ultra-connectés, nous avons tout de même trouvé des innovations « eco-friendly » prometteuses.

 

Le camion « zéro-émission CO2 » Nikola

Le véhicule électrique a été l’une des grandes tendances du CES. BMW, Mercedes, Hyundai, et des acteurs plus inattendus comme Samsung et Sony y ont présentés leurs nouveaux prototypes. Nous avons surtout été intéressés par le camion « zéro-émission » présenté par la marque Nikola.  

Fondée en 2014, la marque présentait un de ses modèles de camion hybride. Doté d’un moteur fonctionnant avec de l’énergie électrique et de l’hydrogène, il développe une puissance de 1000 chevaux avec une autonomie de 600 kilomètres. L’utilisation de ce carburant permet d’avoir des camions aux performances plus rentables que le diesel, avec une meilleure capacité d’accélération qui facilite les dépassements en conduite. La recharge du véhicule se fait en seulement 15 minutes, et la marque s’est associée à l’entreprise NelHydorgen pour mettre en place un réseau de bornes de rechargement à travers les Etats-Unis.

CES las vegas

Nikola prévoit la commercialisation de ses camions à partir de 2021

 

De l’eau potable fabriquée avec de l’air ?

Selon de nombreux experts, le manque d’eau potable sera l’un des grands enjeux des années à venir. Plusieurs innovations traitent directement cette question, en permettant de créer ou d’économiser l’eau.

  • ZeroMass Water présente un système qui permet de créer de l’eau potable à partir de l’air qui circule, et ce n’importe où ! Le dispositif présenté au CES se compose d’un panneau sur lequel est disposé un capteur photovoltaïque qui va alimenter le dispositif en énergie, et d’un système de capteurs et de filtres. L’air qui passe dans la machine va ainsi être aspiré, l’humidité captée puis filtrée afin de garantir qui l’eau propre et bonne pour la consommation. Le dispositif fonctionne même avec un taux d’humidité dans l’air inférieur à 10%.  « Dans notre siège social à Phoenix (Arizona), chaque machine crée entre 10 et 25 litres d’eau potable, et beaucoup plus dans des régions avec plus d’humidité. Et l’eau qui sort de nos machines est d’une meilleure qualité que celle vendue en bouteille ! » nous ont affirmés les représentants de la marque.
  • En utilisant la même logique, la marque Watergen présente un dispositif qui permet d’obtenir 5000 litres par jour. Cette fois le dispositif a besoin d’une source d’énergie pour fonctionner, mais permet d’obtenir une quantité suffisante pour alimenter au quotidien des bureaux ou un immeuble entier en eau potable. Au-delà de l’économie d’eau, une importante économie de plastique peut être réalisée, d’autant plus que le système est fiable même dans des régions particulièrement polluées. Le risque de « dessécher » l’air ambiant est écarté : ZeroMassWater affirme qu’il faudrait 70.000 hydropannels par personne sur terre pour que cela ait un impact sur la qualité de l’air.
  • Enfin, la société Hydraloop a mis au point une machine qui permet de recycler l’eau à domicile. En utilisant un procédé sans filtres ni composant chimique, elle purifie les eaux usées pour les réutiliser, par exemple pour les toilettes ou la machine à laver. Dans les maisons individuelles où il a été testé, ce dispositif a fait chuter la consommation de 45%. Elle a été primée au CES dans plusieurs catégories ( Award of sustainability, best of innovation et best of start up).

Des piles faites de papier 

Présentée par l’entreprise française Bioenzymatics Fuels1, cette innovation nous a beaucoup surpris : des piles à biocarburants écologiques à base de papier ! Grâce une technologie basés sur des enzymes, des électrodes de carbone et la microfluidique appliquée au matériau papier, elle crée des piles qui ont un impact écologique bien moindre que celles fonctionnant au mercure ou au lithium. Bien qu’elles ne puissent embarquer qu’une quantité d’énergie très faibles, ces piles sont parfaitement adaptées à des dispositifs médicaux jetables comme les instruments de contrôle du diabète.

Par Christophe Redondo, Consultant en gestion projet informatique chez Devoteam

Le CES de Las Vegas: le showroom des évolutions en termes d’objets connectés (IOT) 

Des écrans toujours plus fins et souples, des robots toujours plus inventifs et des objets toujours plus intimement connectés au corps humain, l’IOT était en quête de sens et de maturité lors de l’édition 2020 du CES. Aujourd’hui, dans le domaine des IOT nous parlons d’évolution, et non de révolution. Le défi consiste maintenant à prouver leur valeur, leur utilité et leur maturité au consommateur. Les objets connectés ne se contentent plus de mesurer le rythme cardiaque, les mouvements ou la vue… Ils utilisent les technologies de l’intelligence artificielle afin de restituer des résultats pertinents et adaptés aux différents utilisateurs. Le CES 2020 débordait de gadgets et d’appareils pour la maison, certains bizarres et inutiles, d’autres intéressants, voici une sélection de ceux qui ont retenu mon attention. 

LIFX Switch: des ampoules controlables à distance !

Un interrupteur connecté qui permet de contrôler les ampoules c’est possible ? C’est en tout cas la promesse de Lifx Switch, des ampoules connectées (ou non) sont contrôlables à distance grâce à une application mobile. Après l’avoir lancé, on a directement accès au contrôle de nos ampoules qui sont regroupées en différentes sections : les favoris, les ampoules, les groupes et les scènes. L’application offre également la possibilité de changer l’ambiance des pièces de la maison en jouant avec les différentes scènes disponibles sur l’application.

La serrure connectée August Wi-Fi Smart Lock

La serrure connectée August Wi-Fi Smart Lock offre des fonctionnalités de fermeture et d’ouverture de portes… mais à distance ! Vous pouvez également être alerté en cas d’ouverture, vous avez la possibilité de donner des clés virtuelles à des invités ou des locataires (l’accès est alors limité dans le temps de leurs présences). Un rêve pour ceux qui oublient leur clés ou qui font de la location. Il est également possible de contrôler votre verrou connecté à l’aide de la reconnaissance vocale de Google Assistant sur votre smartphone ou votre Google Home. 

La Smart Delivery Box de Yale: une révolution logistique ?

Yale nous a présenté beaucoup d’appareils connectés axés sur la sécurité, dont le plus remarquable à mon sens est le New Smart Delivery Box. Grâce à ce gadget, les coursiers peuvent déposer des colis dans une boîte déverrouillée et celle-ci se verrouillera automatiquement lorsqu’elle sera fermée.

Il est possible de la déverrouiller à l’aide de votre téléphone une fois chez vous, ou vous pouvez ajouter l’option Wi-Fi de Yale afin d’être toujours connecté. De cette façon, vous pouvez contrôler votre boîte aux lettres à distance et votre colis peut être livré facilement, même si vous n’êtes pas chez vous. La Smart delivery box sera bientôt disponible pour un prix total d’environ 210 euros.

L’Outdoor/Indoor Smart Camera de Adobe

Sur les 8640 caméras de sécurité intelligentes présentées au CES, celle qui a retenu mon attention fut l’Outdoor/Indoor Smart Camera de Adobe. Elle est dotée d’un système de reconnaissance faciale et d’une sonnette intelligemment connectée. La reconnaissance facial permet d’éviter les fausses alertes et permet aussi de créer une base de données de visage qui ouvrira la porte automatiquement. La reconnaissance faciale permet de ne pas déclencher de fausses alertes et permet également de créer une base de données de visages qui ouvrira la porte automatiquement. Par ailleurs, la camera est dotée d’un processus d’amélioration en continue: plus elle vous voit, plus elle a de chance de vous reconnaitre ! 

Outdoor/Indoor Smart Camera

L’Outdoor/Indoor Smart Camera de Adobe sera disponible les prochaines semaines pour un prix d’environ 175 euros.

La maturité des iOT

Parfois gadgets, parfois utiles, les iOT soulèvent autant de questions qu’ils n’apportent de solutions : qui contrôlera les Big Data ( Peta octets de données) transmises par les milliards d’objets connectés qu’on nous promet en 2020 ? Comme sur les avions de ligne et les métros, désormais intégralement assistés et automatisés, que se passera-t-il en cas de panne ou de tentative d’intrusion malveillante ?

La concurrence accrue pousse à la sortie accélérée de produits et les objets connectés peuvent être mal protégés, c’est pourquoi la sécurité ne doit pas être vue comme un aspect secondaire. Le cadre légal en termes de sécurité doit être renforcé dans la conception des systèmes et réseaux informatiques, sans oublier l’information indispensable sur des pratiques responsables d’utilisation. 

 « Aujourd’hui, il n’y a pas de standards en termes de sécurité. La protection des objets s’ajoute à des produits existants alors qu’il faudrait envisager de l’implémenter sur de nouveaux objets et jusqu’à l’utilisateur. Ce sera effectif dans 2 ou 3 ans mais pas avant ». (Matthieu Bonenfant) Directeur marketing de Arkoon Netasq.

Le passage à une économie qui associe un objet connecté à un service à valeur ajoutée est potentiellement bénéfique, mais à la condition d’intégrer tous les aspects, depuis la technique jusqu’à la sécurité en passant par le respect de la vie privée. Les données sensibles, comme les données de santé, peuvent en effet être captées par des pirates qui en feraient un usage délictueux. En France, avec la généralisation du recours l’Intelligence Artificielle dans notre vie quotidienne, la CNIL a lancé un vaste débat public sur les algorithmes et l’intelligence artificielle, qui donnera lieu cet automne à des recommandations de politiques publiques. Les principaux opérateurs des technologies de l’information, comme Apple ou Google, réfléchissent eux aussi à la protection des données de leurs utilisateurs, via le chiffrement ou d’autres systèmes de brouillage. Débat à suivre. 

D’autres freins s’ajoutent à l’expansion des iOT comme le doute sur la fiabilité des mesures, l’impression d’une l’intrusion dans le quotidien, la méfiance quant à l’utilisation des données… Malgré tout l’utilisation des IOT se généralise de façon exponentielle et ils occupent une place importante dans notre quotidien, cela nous pousse à nous demander si l’on pourra vivre demain sans ces objets ?

Par Samete YE Consultant Big Data chez Devoteam

Le salon Smart city au CES de Las Vegas: en route pour les villes du futur ? 

Cette année, le CES aura marqué les esprits par sa volonté d’exposer des produits commercialement viables. Dans la quête de l’effet “wahou”, le Salon Smart city a répondu à cette attente, notamment avec la présentation d’un drone géant que l’on pouvait voir « à des kilomètres » sur le salon. 

Hyundai et Uber ont parié sur l’avenir des transports urbains dans les airs. Leur prototype que l’on pourrait assimiler à un drône géant servirait en fait de taxi volant. Son nom ? S-A1, un véhicule électrique capable de voler à une altitude allant jusqu’à 600 mètres de haut et doté d’une autonomie de 100 kilomètres. Il pourrait même se recharger en moins de 10 minutes.

CES Las Vegas

Décollage et atterrissage verticaux pour assurer la prise en charge en pleine ville aussi bien au sol que sur un toit en toute sécurité. Ce véhicule prévoit d’être pleinement centré sur l’utilisateur et sa sécurité, avec la mise à disposition de parachutes en cas d’urgence. Il permettra à 4 passagers de se déplacer d’un point A à un point B en quelques minutes seulement grâce à sa remarquable vitesse de 290km/heures maximum. Le silence est d’or… L’un des prérequis pour la commercialisation d’un tel projet de la smart city : le bruit. Le S-A1 promet donc une discrétion hors pair pour s’intégrer au mieux à la vie urbaine. 

Hyundai entend commercialiser son petit bijou de technologie en 2023 et promet un service « abordable » pour tout le monde grâce à l’économie dégagée par la fabrication à grande échelle. Hyundai devrait assurer la production et le déploiement en masse de ces véhicules alors qu’Uber Elevate, filiale du groupe Uber, se chargerait de la mise en place globale du service).

Un service proposé en plusieurs étapes itératives: 

  • Dans un premier temps, le duo souhaite commercialiser ce véhicule avec, à son bord un pilote humain. 
  • Ce n’est que dans un second temps que le drône deviendra automatique et sans conducteur à bord.

Les premiers essais sur les vols surnommés Uber Air seront établis dans trois grandes villes déjà désignées : Melbourne, Dallas et Los Angeles.

Par Louise Likibi Consultante  Product Owner chez Axance by Devoteam

Bonus: les takeaways de nos consultants lors du CES de Las Vegas

Le robot qui joue au Ping-Pong

Nous avons pu découvrir sur le stand de Omron Corporation un robot qui joue au Ping-Pong, la nouveauté réside dans le fait que ce robot utilise son intelligence artificielle (IA) qui permet de s’améliorer au fur et à mesure qu’il joue. Grâce aux données d’un réseau de caméras et de capteurs l’IA va apprendre continuellement pour s’améliorer et ceci, sans intervention humaine.

     Louise Likibi, consultante chez Axance by Devoteam en pleine partie de Ping-Pong

La Mercedes-Benz «Avatar Vision»

Effet garanti sur le stand de Mercedes-Benz d’une part par le côté grandiose du stand, mais aussi par leur réalisation d’un concept-car basé sur le film Avatar. Découvrez la vidéo officielle de Mercedes-Benz aux côtés de James Cameron côtoyant cet incroyable véhicule :

Contrôler les objets par la pensée

L’année 2020 va peut-être marquer le début de l’ère du contrôle des objets par la pensée. La société « BrainCo » présente sur le salon a pu nous montrer leur savoir-faire dans le domaine. Une première application médicale où des patients vont pouvoir contrôler les prothèses par la pensée. 

Nous avons eu la chance de tester leur produit via une démonstration qui nécessitait de contrôler la vitesse d’une voiture électrique avec la pensée. Même si par manque d’expérience l’exercice se révéla compliqué, l’effet n’en reste pas moins bluffant. 

Impression 3D de nourriture

Est-il possible d’imprimer de la nourriture ? C’est en tout cas le pari des sociétés Chocola3D et Cocoapress. Si l’on occulte le côté technologique, nous pouvons facilement imaginer les applications futures dans le domaine militaire, de l’aviation ou exploration spatiale, mais il reste difficile d’imaginer que nous pourrions bientôt manger un aliment imprimé. 

Par Michaël Delaire-courtes RPA Architect chez Devoteam

 


Sources:

1 Piles à combustibles bio-enzymatiques : une source d’énergie naturelle
devoteam

Contact

Christophe Redondo

Consultant en gestion projet informatique

Louise Likibi

Consultante Product Owner

Michaël Delaire-courtes

RPA Architect

Samete YE

Consultant Big Data